AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Effet boule de neige | Likho & Aethelya


 


Partagez|

Effet boule de neige | Likho & Aethelya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

 « En sorcellerie, l'acte, c'est le verbe. »
That's my name, deal with it
Catastrophe en puissance
▐†▌Age : 23
▐†▌Messages : 37
▐†▌Musique : Coldplay - Magic


✤ MY DREAM ✤
Le Statut Rp: Disponible
Les Capacités & Failles:
Les Rumeurs:


« En sorcellerie, l'acte, c'est le verbe. »
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Effet boule de neige | Likho & Aethelya Lun 29 Sep - 17:07


L'odeur de fumée, réalisa-t-il au bout de quelques instants, n'était absolument pas normale. Pas plus, d'ailleurs, que les grésillements suspects en provenance de la cuisine. Roman raccrocha sans vergogne au nez du petit vieux qui avait appelé déjà sept fois en demandant la boucherie Sanzot pour investiguer du côté de la fumée de plus en plus épaisse... qui apparemment venait de la cafetière. Animée d'une vie propre, l'objet gargouillait, glougloutait et émettait des nuances de borborygmes très impressionnants mais clairement pas prévus par la notice. Aie. L'Adepte débrancha tout en catastrophe, interrompant au passage un concert d'étincelles... mais pas la fumée. Avec un soupir, Roman ouvrit la fenêtre pour éviter d'étouffer... et renversa malencontreusement au passage le cendrier abandonné là par un pote de passage qui bascula dans le vide.

Un rien blasé par ce début de journée pour le moins mouvementé, le jeune sorcier estima que finalement, récupérer une viennoiserie et un jus de fruits dans une boulangerie ou un café, en guise de petit déjeuner, c'était pas mal et récupéra une paire de tennis avant de s'aventurer dans la cage d'escalier – parce que l’ascenseur, vu la façon dont était partie la journée, ça revenait à tenter le diable, un peu – salua la concierge et prit la direction du parc. Le parc, de fait, avant l'avantage de ne pas être trop loin, d'être calme, et d'être équipé de tout un tas de bancs même pas fragiles, de vendeurs de machins à grignoter et d'oiseaux divers auxquels refiler ses miettes.

Il n'arriva cependant pas jusque là. Alors qu'il pivotait dans une petite rue peu fréquentée qu'il utilisait régulièrement en tant que raccourci, un craquement sinistre retentit. Par réflexe, Roman s'écarta avant de réaliser qu'il ne s'agissait pas de quoi que ce soit risquant de lui tomber dessus... ou du moins pas littéralement. À quelque pas de là, en revanche, un duo en pleine lutte cessa soudain le combat, l'un des deux corps présentant une nuque à l'angle pour le moins étrange, voire pas vivable du tout. Sachant reconnaître les ennuis quand il les voyait, le jeune homme recula d'un pas – ce qui suffit à créer un raffut pas croyable quand il s'avéra que son talon avait percuté une collection de boîtes de conserves abandonnées. Un regard perçant se posa sur lui, le classant très clairement "témoin indésirable". L'homme très propre sur lui, du genre auquel on donnerait le bon Dieu sans confession, abandonna le cadavre pour faire quelque pas vers le sorcier qui, pas fou, recula – d'autant qu'à sa connaissance, il fallait une force de surnaturel pour briser une nuque comme un fétu de paille.

"Qu'est-ce qui se passe ici ?"

L'interruption d'une troisième voix fit perdre ses mots à Roman de soulagement et il tourna son regard vers le groupe de personnes en approche, ouvrit les lèvres pour leur expliquer... trop tard. L'assassin avait déjà profité de son soulagement pour sortir de la ruelle, avec juste ce qu'il fallait de surprise et de juste colère dans son expression pour se poser en citoyen exemplaire.

"Au meurtre ! J'ai vu quelqu'un assassiner un de mes collaborateurs ! Ça doit être lui puisqu'il était seul dans le coin et qu'il tentait de fuir les lieux du crime."
"Quoi ? Non ! Vous délirez complètement...!" protesta Roman avant d'adresser un regard à demi désespéré aux derniers arrivants. "Je n'ai pas bougé de l'angle, en plus, vous l'auriez vu si j'avais fait quoi que ce soit !"

L'argument sembla porter, instaura le doute chez le petit groupe. Alors que l'un d'eux sortait son téléphone pour appeler la police, un autre fila vers le corps, sans doute pour vérifier son état. Un concert de murmures affolés s'éleva – des "c'est vrai" entrecoupés de "oui mais", jusqu'au moment où un cri en provenance de la ruelle confirma qu'il y avait un cadavre tout chaud et tout juste abandonné. Les regards se reportèrent sur les deux suspects... dont le businessman qui sembla reconnaître quelqu'un, venant de l'autre côté de la ruelle. Une étincelle que Roman jugea de mauvais augure passa dans les iris du meurtrier alors qu'il reprenait, d'une voix qui couvrit les murmures et les appels effarés.

"Attendez... Si le gamin a dit ne pas bouger malgré l'assassinat, alors c'est qu'il faisait le guet. Donc c'est sa complice que j'ai vu tuer ce pauvre Ed' !" conclut-il en désignant d'un index vengeur la silhouette d'une fille que Roman n'avait jamais vu auparavant.

Le maladroit de service sentit une chape d'agacement mêlé d'abattement peser sur ses épaules. Sincèrement, il était encore trop tôt pour subir ce genre de trucs... surtout que pour une fois, il n'avait rien fait. Le groupe de témoins, cependant, semblait d'un avis différent et des regards lourds de menace ne tardèrent pas à peser sur les deux inculpés. Levant les mains dans un geste censé démontré son innocence, le jeune sorcier ne put s'empêcher de reculer d'un pas.

"Je n'ai rien fait et je ne connais pas non plus cette fille ! Vous délirez complètement..."

Comme pour empirer les choses, une voix s'éleva de la ruelle pour constater qu'il avait fallu une force surhumaine pour briser la nuque de la victime... et des mots doux à base de démons ne tardèrent pas à fleurir sur les lèvres des gens attroupés. Lorsqu'une main de costaud s'abattit sur son épaule, Roman estima qu'il réparerait plus facilement le malentendu en restant vivant. Il échappa à la poigne, percuta un quelqu'un, fila entre deux gars occupés à s'engueuler sur la légitimité de l'intervention... et manqua de trébucher sur sa soi-disant complice.

"Je sais toujours pas qui vous êtes crois qu'on ferait mieux de filer et d'essayer de les convaincre une fois qu'ils seront calmés."

L'espèce de sournois de service, qui avait malheureusement de la suite dans les idées et que personne n'avait assommé par erreur, était justement en train de s'indigner que les criminels prennent le large, rassemblant quelques gros bras. Le sorcier ne se fit pas prier pour déguerpir dans un immeuble en travaux, espérant qu'ils pourraient y trouver un peu de répit. Son espoir fut de courte durée. Alors que quelques personnes se lançaient à leur poursuite, il s'élança dans un couloir, espérant disperser leurs poursuivants, et dégaina son téléphone portable.

"Allo ? Aethelya ? Comment tu te débarrasses d'une foule de fanatiques furieux ?"
Revenir en haut Aller en bas

  « Le seul moyen de chasser un démon est parfois de lui céder. »
That's my name, deal with it
True Madness... Or Not

▐†▌Age : 24
▐†▌Messages : 1637
▐†▌Nom Réel : Likho
▐†▌Musique : Lindsey Stirling, Ayumi Hamasaki, Ellie Goulding, Paramore, Icon For Hire, Rainie Yang, BigBang, CL, Serena Ryder, Jessie J, Outsider, Coeur De Pirate, P!nk, 2NE1, One Ok Rock, A.Kor, Lipservice

▐†▌Citation : Je suis née de la folie pure et de la raison même

✤ MY DREAM ✤
Le Statut Rp: Disponible
Les Capacités & Failles:
Les Rumeurs:


« Le seul moyen de chasser un démon est parfois de lui céder. »
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Effet boule de neige | Likho & Aethelya Mar 30 Sep - 20:04




Effet boule de neige
Sauver les fesses d'un humain qui parlait plus russe qu'une autre langue ne faisait pas partie de sa définition de tâche, mais parfois il valait mieux joindre l'utile à l'agréable. Un prêté pour un rendu en quelque sorte. Oh bien sûr, Likho n'était pas du genre à manipuler des preuves ou quoique ce soit qui pouvait lui faire perdre son boulot et accessoirement sa couverture humaine, sauf que le type qu'elle avait aidé c'était retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Donc, un petit coup de pouce et quelques appels plus tard, il avait été écarté des suspects non pas pour ses beaux yeux ou parce qu'ils entretenaient une relation plus ou moins intime, mais simplement parce qu'il pouvait lui être utile à cause de son travail de conservateur de musée. Et aujourd'hui, la Démone voulait réclamer son dû en mettant la main sur un vieux masque qui embellirait sa grande collection, mais le conservateur ne semblait pas vraiment réceptif à lui rendre la pareille... Entre ses talons qui claquaient sur le bitume, son portable collé contre son oreille et le ton de sa voix qui trahissait son agacement face à la résistance de l'homme, il ne fallait pas être devin pour comprendre que ce n'était pas le meilleur moment pour l'embêter avec des idioties. Pendant qu'elle crachait des mots en russe à son interlocuteur, la jeune femme coupa court à la conversation qui ne faisait que tourner en rond. Parce que je t'ai sauvée les fesses d'une condamnation à vie, idiot! Tu vas avoir de la visite dans peu de temps! Puis, sans se gêner, elle ferma son portable tout en réajustant sa paire de lunette de Soleil sur le bout de son nez. Non mais franchement, qu'est-ce qu'elle en avait à cirer s'il risquait son boulot en lui donnant ce qu'elle souhaitait? C'était toujours moins grave qu'une éternité en prison!

Les mains enfoncées au fond des poches de son jean moulant tout en pestant intérieurement contre l'homme qu'elle allait devoir ''convaincre'' de changer d'avis, cette dernière ne remarquait pas qu'à seulement quelques mètres plus loin un petit groupe s'était formé autour d'une personne précise en l'accusant de meurtre. Ce fut quand le véritable meurtrier la pointa du doigt comme si elle s'avérait être un monstre tout droit sorti d'un film d'horreur et qui allait les dévorer au cœur de la ruelle que la Démone comprit que quelqu'un tentait de l'embrigader dans une histoire qui ne la concernait pas le moins du monde. Fronçant les sourcils face à l'incompréhension de la situation, cette dernière baissa finalement les yeux vers le sol afin de comprendre pourquoi toute l'attention était dirigée dans sa direction. Ah. Un cadavre. L'angle du cou démontrait qu'à moins de ne pas posséder des vertèbres cervicales, cela n'était pas du tout naturel. Génial.

- Vous faites erreur sur la personne, articula-t-elle sans perdre son sang-froid, mais le groupe semblait vouloir jouer à la sourde oreille surtout quand un type plus près de la ressemblance d'un gorille plutôt que celle d'un humain posa sa ''patte'' sur l'épaule du garçon. Lorsque ce dernier manqua de peu de lui tomber dessus en esquivant l'énorme poigne, la Démone fit un pas de côté tout en relevant sa paire de lunette au-dessus de sa tête. Voilà qu'il lui proposait de s'enfuir... En temps normal, la gothique aurait préféré leur transmettre une bonne leçon, mais cela revenait à prendre un énorme risque et de dévoiler sa véritable nature surtout en plein jour. Sans prendre la peine de se le faire dire deux fois, la créature démoniaque s'élança derrière le sorcier vers un immeuble encore en construction. L'écriteau «Accès interdit. Personnel autorisé seulement»  ne semblait pas s'adresser à eux puisqu'ils franchirent la porte au pas de course avec en bonus des armoires à glace à leurs trousses.     

Courir dans des couloirs ou encore dans des escaliers ne faisait pas partie de sa liste de truc à faire pour aujourd'hui et encore moins, lorsqu'elle passa à côté, de balancer des boîtes d'outils à la gueule de leurs poursuivants dans le but de les ralentir au maximum. Si la Démone cédait un peu à la violence, son partenaire d'infortune préférait s'adonner aux plaisirs de la communication grâce à son portable. Aethelya? C'était qui celle-là? Tu passes un coup de fil à qui? Tu crois pas qu'on est déjà assez dans la merde comme ça? Plus on est de fous plus on rit, c'ça? Plutôt ironique pour un Démon de la Folie, car ce genre de situation l'amusait normalement, mais pas quand elle se retrouvait prise au milieu avec en prime un parfait étranger - surnaturel ou pas? -. Déjà qu'elle n'était d'humeur à rigoler et encore moins à perdre son temps à semer des humains cinglés qui l'accusaient injustement de meurtre... Afin de leur donner une autre chance de prendre un peu d'avance sur leurs poursuivants, Likho attrapa un long tuyau métallique qui trainait sur le sol et le lança digne d'une professionnelle de lancer de poids. Si quelques-uns pouvaient chuter, cela aurait peut-être un effet domino...  
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

 « Pragmatic Witch. »
That's my name, deal with it
▐†▌Age : 29
▐†▌Messages : 639

✤ MY DREAM ✤
Le Statut Rp: Disponible
Les Capacités & Failles:
Les Rumeurs:


« Pragmatic Witch. »
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Effet boule de neige | Likho & Aethelya Sam 4 Oct - 20:06


Je laissais échapper un soupire las, mais néanmoins discret. Cela faisait maintenant presque une heure que j'entendais mon hypothétique futur client me déblatérer les faits qui lui étaient reprochés pour lesquels il était totalement coupable et dont pourtant, il se défendait. C'était à chaque fois la même chose avec eux. Ils ne pouvaient pas arriver dans mon bureau, m'avouer leur culpabilité et juste me demander de les défendre ? Non. Bien sûr. Ils tenaient toujours à m'expliquer dans des propos incohérents la plupart du temps, pourquoi ils étaient victime d'une injustice. Je sentais la migraine poindre à mes tempes mais arrivais toutefois à rester d'un calme Olympien face au rabâcheur.
Je détaillais un peu mentalement le petit homme replet, du moins la partie qui était visible derrière mon bureau, me concentrant sur les traits de son visage rubicond. Il fallait que je sache si l'on pouvait lui donner le bon Dieu sans confession comme dirait l'expression car c''était cela qui déterminerait si oui ou non, j'accepterais de m'occuper de son affaire. Je pivotais légèrement mon fauteuil sur la gauche en me laissant aller contre le dossier, et croisais les jambes en défaisant les boutons de veste de mon tailleur noir. Le bras droit allongé le long du bureau, je caressais l'acajou du bout des doigts en songeant qu'il était temps que j'embauche une femme de ménage pour faire la poussière. Ses propos ne m'intéressaient plus, cela faisait trois fois qu'ils me les répétait et j'avais pris assez de notes. Hypnotisée par mes escarpins vernis que je balançais doucement dans le vide, je fus tirée de ma rêverie par un coup donné sur mon bureau. Je ne sursautais toutefois pas, mais je ne pouvais me priver de jeter un regard mauvais à mon interlocuteur qui semblait soudain bien énervé. « Votre portable ! Il vibre ! Ca m' déconcentre ! » Sur l'écran s'affichait le nom de Roman et sans même prendre la peine de m'excuser, je décrochais. «Quoi ? » demandais-je sur un ton plutôt sec. « Allo ? Aethelya ? Comment tu te débarrasses d'une foule de fanatiques furieux ? » Les paroles avaient beau avoir l'air dignes d'une mauvaise farce, je sentais à la voix essoufflée du jeune sorcier qu'il n'était pas vraiment d'humeur à faire une blague. D'autant qu'à peine avait-il eu achevé sa phrase qu'une voix féminine se faisait entendre à ses côtés disant qu'ils étaient dans la merde. Le regard noir toujours fixé sur le cogneur d'acajou, je demeurais imperturbable. « Où es-tu ? » L'information dévoilée, je raccrochais sans autre formule, et me levais de mon fauteuil. « Une urgence, je dois y aller. » annonçais-je en rassemblant mes affaires.
Le petit gros – décidément il n'avait rien pour lui – me regardait alors d'un air de chien battu, comme un gamin à qui l'on viendrait d'annoncer qu'il était privé de Noël. « Mais... Mais … vous ne m'avez même pas donné votre avis ! Et puis... Vous allez être mon avocate hein ? » Inspiration. Expiration. Mais quel con celui-là. Comme si j'avais perdu une heure de mon temps à l'écouter blablater sans raison. Je n'étais pas psy que je sache. « Mon avis c'est que non, on ne cogne pas son voisin avec une batte de base-ball quand il met la musique trop forte pour fêter son anniversaire. Vous êtes soit malade soit complètement idiot. L'un se soigne, l'autre pas. Alors on va dire que vous avez un sérieux problème de gestion de la colère, pour le juge c'est mieux. Il vous enverra chez un psy, qui vous donnera des petits cachets qui vous rendront euphorique, plaisant, et aimable. On se voit mardi pour votre audience, soyez à l'heure et surtout, n'ouvrez pas la bouche. »
Martelant le parquet de mes escarpins, je m'arrêtais arrivée à la porte et me retournais vers l'idiot. « Pour l'audience, mettez une chemise propre, allez chez le coiffeur et par pitié, virez-moi cette gourmette horrible ! »

A peine une dizaine de minutes plus tard, je débarquais du côté de State Street, au volant de ma voiture de sport, à la recherche de l'entrepôt abandonné que m'avait très brièvement décris Roman. Roulant au ralenti, je ne remarquais rien qui puisse ressembler au bâtiment en question toutefois, un petit attroupement légèrement agité attirait mon attention. Laissant ma voiture au coin de la rue, je rejoignais le petit groupe devant ce qui semblait être un immeuble en travaux. Attrapant du regard le premier benêt que je croisais, je lui demandais ce qui pouvait bien se passer pour mériter autant d'agitation. Galvanisé par l'adrénaline, il me racontait dans une longue tirade qui ne laissait place à aucune pause -même pour respirer- qu'ils avaient trouvé un cadavre et que les assassins présumés, un très jeune garçon et une jeune femme, s'étaient retranchés dans cet immeuble quand la foule avait compris ce qu'ils avaient fait. Certains étaient à l'intérieur pour essayer de les attraper mais il semblerait que le couple aient réussi à se calfeutrer dans une pièce à l'étage, fermée par une énorme porte coulissante et très lourde. Aucun doute, il s'agissait de Roman et de l'inconnue que j'avais entendue au téléphone. Hochant la tête à mesure que l'humain débitait le récit de la situation, j'essayais de trouver une solution pour sortir mon petit protégé de ce pétrin quand un mot attira mon attention... « démon ». Depuis la Révélation, les humains savaient que des créatures surnaturelles cohabitaient avec eux et certains, se sentant l'âme guerrière, n'hésitaient pas à chasser ces êtres qu'ils jugeaient contre nature, on les appelait les fanatiques. Et ils étaient capables de tout. C'était bien le genre de Roman de se foutre dans des embrouilles pareilles, lui et sa poisse légendaire ne pouvaient pas tomber sur des humains basiques, non. Je soupirais. Et puis, au bout d'un moment, mon interlocuteur me désignait celui qui avait découvert le cadavre et les assassins... Sa tête me disait quelque chose, et j'étais quasiment sûre qu'il s'agissait d'un démon de la Discorde que j'avais dû croiser une fois ou deux, dans des affaires louches. Lui jetant un regard froid, je décidais qu'il était temps d'intervenir et d'aller voir comment se porter Roman. J'entrais donc dans l'immeuble, et prenais l'escalier avant de me mêler à la foule qui s'acharnait sur la porte et, en jouant des coudes, j'arrivais finalement à me trouver une place aux premières loges. J'avais eu le temps de réfléchir à un plan, encore fallait-il qu'il fonctionne. Le sortir de là par la grande porte, c'était risqué, mais ça se tentait. A condition bien sûr, que Roman ne mette pas les pieds dans le plat comme à son habitude. Je repoussais quelques acharnés en leur demandant de me laisse faire et, m'appuyant contre la porte, je frappais trois coups secs. « Vous ne me connaissez pas mais je suis Aethelya Grimhaldy. Je suis avocate. Sortez de là et je vous promets de vous aider. » criais-je, autoritaire, à travers la paroi métallique. Si les reclus jouaient le jeu, ça pouvait marcher, j'en étais certaine, mais si par malheur ils faisaient une boulette et que les fanatiques comprenaient que j'étais du côté des assassins désignés, nous étions tous très mal barrés.


Sorcière
Belle et attirante jeune personne, dont les perverses activités dépassent le diable.  # Ambrose Bierce - Dictionnaire du Diable
Revenir en haut Aller en bas

 « En sorcellerie, l'acte, c'est le verbe. »
That's my name, deal with it
Catastrophe en puissance
▐†▌Age : 23
▐†▌Messages : 37
▐†▌Musique : Coldplay - Magic


✤ MY DREAM ✤
Le Statut Rp: Disponible
Les Capacités & Failles:
Les Rumeurs:


« En sorcellerie, l'acte, c'est le verbe. »
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Effet boule de neige | Likho & Aethelya Lun 6 Oct - 15:19


Se faire enguirlander pour des trucs qu'il avait fait passait encore. Se faire poursuivre par contre pour quelque chose qu'il n'avait pas commis par contre, c'était moyen. Surtout que bon, hein, s'il avait vraiment malencontreusement tué quelqu'un, il se serait débrouillé pour planquer ou détruire convenablement le corps, au moins, au lieu de le laisser traîner en pleine vue comme ça. Du coup, passer pour malveillant et idiot, ça avait quelque chose de vexant. Et de sacrément embêtant, vu les circonstances – d'autant qu'il avait trouvé le moyen de tomber sur le seul assassin du coin et de faire une combo en rameutant les fanatiques locaux. Quelque part, ça demandait un certain talent... ou une poisse coriace vu que cette fois, ce n'était pas la faute de sa maladresse étant donné qu'il n'avait pas trouvé le moyen de trébucher sur le cadavre.

Alors qu'il décrivait leur localisation à Aethelya, appelée à l'aide pour l'occasion, une boîte à outils lancée par sa soi-disante complice passa sous le nez du sorcier, semant des boulons et des tournevis sur leurs poursuivants. Roman bugua un instant, avec l'impression diffuse d'être piégé dans un cartoon, avant de décider qu'en fait, s'attarder n'était pas l'idée du siècle. Il fila vers une porte qui semblait en état de fonctionnement au moment où la gothique s'essayait au lancer de tuyau avec une efficacité assez impressionnante.

"Oui enfin, là, les fous furieux, je m'en passerais volontiers... "

La plaisanterie à base de fausses accusations, étrangement, lui plaisait très peu. D'ailleurs, le public, s'il réagissait avec entrain, était passé à côté de la blague, si tant est qu'il y en ait eu une à l'origine. S'engouffrant dans la pièce suivante, Roman attendit que sa camarade de mésaventure l'ait rejoint pour refermer le battant et y ajouter une solide barre. Ok, ça devrait retenir les enragés... et eux aussi, d'ailleurs, potentiellement, réalisa-t-il quand l'autre porte de la pièce s'avéra scellée. Il soupira lourdement alors que la poignée tournait dans le vide et arrêta avant qu'elle ne décide de lui rester dans la main.

"Je crois qu'on est coincés... à moins que tu ne voies une autre sortie ou une solution ?"

Un vague espoir pointa dans sa voix alors qu'il se tournait vers sa comparse.S'il y avait bien une fenêtre, elle était bloquée par des planches et des bâches, sûrement pour éviter que les intempéries ne s'invitent dans le bâtiment encore en travaux. Si l'initiative évitait aussi l'invasion de gens mal informés mais enragés, cela les condamnait à rester sur place, apparemment. Avec un claquement de langue inquiet, le jeune sorcier fit le tour de la pièce dans l'espoir de trouver une autre sortie, une issue dissimulée derrière des plaques de tôle abandonnées par les ouvriers. Rien. Les coups sur la porte des acharnés qui pensaient pouvoir défoncer le battant métallique à coups de poing ne semblaient pas ralentir pour indiquer qu'ils se soient lassés. Du moins jusqu'à ce que quelqu'un ne frappe trois coups autoritaires à la porte. Roman s'immobilisa, jeta un coup d'oeil à la gothique. Heureusement, ce fut la voix d'Aethelya qui s'éleva. Une onde de soulagement traversa l'Adepte. Avec elle sur place, ils devraient réussir à se tirer d'affaire. Les paroles de l'avocate, cependant, le surprirent un peu. Qu'est-ce que...?  Oh. Malgré l'envie d'ouvrir, le jeune homme hésita. S'il voulait jouer le rôle jusqu'au bout, il devait sûrement nuancer.

"Moi je veux bien, mais très sincèrement, j'ai moyennement envie de me faire lyncher par les gens dehors qui ont déjà décidés qu'on était coupables. Ce qui n'est pas vrai, d'ailleurs."

La précision avait son importance. D'abord parce qu'ils n'avaient en effet rien fait, ni l'un ni l'autre, mais aussi parce que la foule de joyeux lurons dehors semblaient du genre à envisager des lynchages et des bûchers sans y réfléchir à deux fois. Voire sans y réfléchir du tout. Hésitant, il jeta un coup d'oeil à sa camarade d'infortune, haussant un sourcil interrogateur pour avoir son avis sans un mot, vu que les charmants gens de l'autre côté devaient écouter. Enfin, ceux qui n'étaient pas occupés à hurler des absurdités, du moins. Sérieusement, on n'avait pas idée de tomber dans un tel fanatisme au vingt-et-unième siècle.
Revenir en haut Aller en bas

  « Le seul moyen de chasser un démon est parfois de lui céder. »
That's my name, deal with it
True Madness... Or Not

▐†▌Age : 24
▐†▌Messages : 1637
▐†▌Nom Réel : Likho
▐†▌Musique : Lindsey Stirling, Ayumi Hamasaki, Ellie Goulding, Paramore, Icon For Hire, Rainie Yang, BigBang, CL, Serena Ryder, Jessie J, Outsider, Coeur De Pirate, P!nk, 2NE1, One Ok Rock, A.Kor, Lipservice

▐†▌Citation : Je suis née de la folie pure et de la raison même

✤ MY DREAM ✤
Le Statut Rp: Disponible
Les Capacités & Failles:
Les Rumeurs:


« Le seul moyen de chasser un démon est parfois de lui céder. »
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Effet boule de neige | Likho & Aethelya Lun 13 Oct - 19:13




Effet boule de neige
Si balancer des trucs à la gueule des humains psychopathes ne s'avérait pas être sa plus brillante idée depuis le siècle dernier, cela ne l'empêchait pas de continuer histoire de pouvoir s'enfuir sans être forcée d'utiliser ses pointes osseuses contre eux. Oh bien entendu, cela était à utiliser en dernier recours si jamais la situation tournait au drame, mais la Démone n'hésiterait pas à tous les embrocher afin de préserver son hôte, mais aussi son secret. Autant dire dans ce cas-ci qu'il ne resterait aucun survivant pour raconter quoique ce soit. Non mais sérieusement, comment pouvaient-ils croire qu'elle laisserait un corps à découvert au milieu d'une ruelle probablement passante durant la journée et surtout quand on se penchait sur le cas de la mort de cet homme, il fallait user d'une grande force physique pour lui casser le cou. Certes, étant un être surnaturel, cela était possible de tuer quelqu'un aussi facilement, mais quand on regardait son apparence physique loin d'être imposant, cela ne laissait pas croire qu'elle possédait la force nécessaire pour infliger ce genre de blessure à un type pratiquement deux fois plus grand que sa petite personne.  

Alors que son camarade d'infortune décrivait leur localisation à une personne qui lui était totalement inconnue, la Démone esquissa un vague sourire lorsque le tuyau fit chuter quelques-uns de leurs poursuivants. S'ils pouvaient se casser le cou ou une jambe cela serait parfait... Puis, quand elle vit le jeune homme tourner vers une pièce vide, cette dernière hésita une fraction de seconde à le suivre, comme si son instinct lui disait qu'agir de cette façon ne serait pas du tout avantageuse, chose qui se confirma lorsqu'elle décida de faire fi de cette petite voix. Quand la porte se referma derrière elle, Likho se retourna au même moment où la poignée de la porte restait entre les mains du garçon. Génial. Est-ce que ça pouvait être pire? Oh mais bien sûr! Voilà qu'il lui demandait si elle avait une solution miracle ou un truc dans ce genre! Non mais franchement! Est-ce qu'elle avait la tête de quelqu'un qui se baladait avec un plan des lieux? Non, cherche de ton côté. Son attention tournée vers la fenêtre recouverte de quelques planches ainsi que de bâches, la créature démoniaque se demandait si cela était prudent de tout arracher pour s'enfuir d'ici. Avec ses ailes, ce n'était pas compliqué de se jeter dans le vide et de ralentir sa chute une fois près du sol ou bien de prendre son envol vers le toit, sauf qu'il y avait un petit souci à ne pas négliger. Le garçon. Jusqu'à preuve du contraire, il lui semblait humain, voire même un peu idiot sur les bords - oui bon, il ne faut pas juger un livre par sa couverture... -, donc si jamais elle se mettait à arracher les planches comme un enfant arrache la tête de ses poupées, ce dernier risquerait de se poser des questions sur son sujet. Déjà qu'elle n'avait pas la tête de monsieur et madame tout le monde, il n'aurait aucune difficulté à la retrouver à travers la ville. En plus, rien ne garantissait que la femme qu'il avait contactée allait se pointer d'ici peu de temps pour les sortir de là. Une seule solution s'imposait d'elle-même... L'assommer et se faire la malle.

Sans faire de bruits - un exploit avec ses talons hauts quoique avec tout le boucan que créait les humains, c'était plutôt facile au final -, Likho s'approcha de son compagnon d'infortune dans le but de mettre son plan à exécution. Qui sait, peut-être aurait-elle pitié de lui et qu'elle l’amènerait dans un endroit sécuritaire jusqu'à ce qu'il reprenne conscience au lieu de l'abandonner ici, seul et plus ou moins à porté de ces cinglés. Au moment où il lui restait seulement quelques pas à faire pour lui porter un coup à la tête, les bruits chaotiques s'arrêtèrent de façon soudaine pour laisser place à trois petits coups à la porte suivi d'une voix inconnue. Eh merde. Étouffant un léger grognement de frustration, elle laissa le garçon répondre jusqu'à ce qu'il jette un coup d’œil dans sa direction comme s'il cherchait à recevoir son approbation. Bon d'accord, elle allait jouer le jeu cette fois-ci, mais si jamais la situation tournait en une Troisième guerre mondiale, la Démone n'allait pas hésiter à déployer ses pointes osseuses afin de sauver sa peau et aussi pour éliminer les témoins gênants.  

- Je n'ai rien à voir là-dedans. Je travaille du côté de la justice et non de l'autre. Je ne sors pas tant que le chemin n'est pas libre! Déclara-t-elle à voix haute tout en analysant la pièce sous toutes ses coutures. Par chance, un marteau traînait à moins d'un mètre de sa position actuelle. Voilà une arme improvisée qui pouvait lui être franchement utile en cas de problème...
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

 « Pragmatic Witch. »
That's my name, deal with it
▐†▌Age : 29
▐†▌Messages : 639

✤ MY DREAM ✤
Le Statut Rp: Disponible
Les Capacités & Failles:
Les Rumeurs:


« Pragmatic Witch. »
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Effet boule de neige | Likho & Aethelya Lun 3 Nov - 10:07


Les faire sortir de là n'allait pas être très aisé. Le bâtiment était cerné par des humains vindicatifs et bien trop heureux d'avoir mis la main sur des « démons » à punir. Aucune issue n'était véritablement sûre, pas même l'échelle de secours accolée à la bâtisse ou même les éventuelles fenêtres. Moi je le savais, puisque j'avais vu tout ça en arrivant, mais Roman et sa complice d'un jour devaient l'ignorer. J'espérais qu'ils ne tenteraient donc pas quelque chose d'irraisonné ou de parfaitement stupide. La seule possibilité était de sortir par la grande porte, celle-là même où je me trouvais, encore fallait-il le leur faire comprendre tandis que l'un criait qu'il avait peur de se faire lyncher et l'autre qu'elle était du côté de la justice. Autrement dit, ce n'était pas gagné. Devant le refus d'obtempérer des présumés coupables, le groupe d'humains qui m'entourait commençait sérieusement à perdre patience. Chacun y allait de son petit commentaire, certains proposaient de mettre le feu et de se barrer, d'autre de défoncer la porte à coups de bélier, ça prenait des proportions assez délirantes. Je savais que je pouvais leur faire entendre raison d'un seul mot magique, mais après ? Cela ne nous laissait pas beaucoup de temps pour nous enfuir.

Quelques uns des humains s'acharnaient sur la porte, hurlant qu'il ne fallait pas laisser ce crime impuni et que ce n'était pas parce 'Mademoiselle travaillait pour la justice qu'elle pouvait tuer comme bon lui semblait'. Je roulais des yeux au plafond, perdant patience à mon tour. Je reculais un peu en dehors du groupe de sauvages pour rejoindre le tas de miroirs empilés au fond du couloir, et essayais d'envoyer un texto le plus discrètement du monde à Roman. A une main, ce n'était déjà pas facile mais alors en plus, écrire en gardant un œil sur les acharnés, ça l'était encore moins. J'arrivais néanmoins à rédiger un truc qui ressemblait vaguement à « Voiture à l'angle. Magie en cours. Sors quand je le dis. » Une fois envoyé, je remettais mon téléphone dans le poche et venais reprendre ma place devant la porte, frappant fermement une nouvelle fois. Il fallait que je m'assure de la confiance de Roman et surtout, de la compréhension de mes intentions. « Ecoutez, je sais que la situation est compliquée mais il faut me faire confiance. Je vous l'ai dit, je peux vous aider. J'aimerais m'assurer que vous avez bien compris le message ? »

En attendant, je me retournais maintenant vers le groupe d'humains. « Mesdames, et messieurs, calmez-vous ! Approchez-vous de moi, mettez-vous en cercle ! » demandais-je d'un ton autoritaire. Immédiatement certains regards devenaient suspicieux à mon égard et je tentais de calmer le jeu en ajoutant « Il faut que l'on élabore une stratégie ». Un peu plus rassurés, ils s'approchaient tous de moi doucement, et une fois que j'étais sûre d'avoir tout le monde bien en vue, j'inspirais profondément et me concentrais attentivement en caressant mon tatouage et en jetant un coup d'oeil aux miroirs abandonnés plus loin. Certains étaient cassés et d'autres en mauvais état mais j'espérais que cela n'aurait pas d'influence particulière. « Personalis Diabolica. » murmurais-je et dès lors, tous avaient les yeux rivés sur moi, prêts à boire mes paroles comme si j'allais leur annoncer les numéros gagnants de la prochaine loterie. Satisfaite, j'étirais mes lèvres en un sourire presque diabolique.

Tournant et chavirant parmi les humains le sourire aux lèvres, je m'assurais qu'ils me dévoraient tous du regard avant d'entamer mon discours. « Il faut les laisser sortir. Ecoutez moi ! Ils ne sont pas dangereux, pas tant que je serais là... Nous devons les laisser sortir. Je les escorterai personnellement jusqu'à la police. Il ne vous feront aucun mal et vous le ne leur en ferait aucun. C'est ainsi que cela doit se passer. Ecoutez moi ! Croyez en moi. Je ne veux que le bien de tout le monde. Vous allez les laisser sortir et ils viendront avec moi. Vous resterez calmes, ne prononcerez aucun mot, ne ferez aucun geste. Leur sortie se fera dans le calme le plus serein possible. Vous êtes tous d'accord n'est-ce pas ? » terminais-je en voyant des hochements de tête un peu partout. Bien. J'avais réussi à les convaincre. Malheureusement, mon sort n'était pas de l'hypnose à proprement parlé et tout pouvait déraper en une fraction de seconde à cause d'un geste ou d'une parole malheureuse. Il allait falloir la jouer fine pour qu'ils continuent de croire en moi jusqu'à ce qu'on soit sortis. Il n'y avait plus de temps à perdre. Le sourire toujours aux lèvres, continuant à lancer des regards aguicheurs à mon public telle une véritable diva, je reculais jusqu'à la porte et tambourinais à grands coups de coudes.
« Roman, sors de là, maintenant ! » pas de place à la discussion, c'était un ordre comme je savais si bien les donner.


HRP:
 


Sorcière
Belle et attirante jeune personne, dont les perverses activités dépassent le diable.  # Ambrose Bierce - Dictionnaire du Diable
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
That's my name, deal with it


MessageSujet: Re: Effet boule de neige | Likho & Aethelya Aujourd'hui à 15:08


Revenir en haut Aller en bas

Effet boule de neige | Likho & Aethelya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» boule de neige
» L'amour c'est comme une boule de neige - Valaina
» Une chanteuse est parmis vous
» L'abominable elvis des neiges (13/02/12 à 17h23)
» L'art de la punition, ou de la bêtise !
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum



IN NOMINE MENS ::  San Diego Alternatif :: Old S.D. :: Autres-